Énergie atomique du Canada limitée

Science et
technologie

Petits réacteurs modulaires

Les petits réacteurs modulaires (PRM) sont de petits réacteurs destinés à de nouveaux marchés afin de répondre aux besoins mondiaux pour une forme d’énergie qui est sécuritaire, propre et économique. Au Canada, cela pourrait signifier de nouvelles options d’énergie propre pour remplacer le charbon, écologiser les mines et améliorer la sécurité énergétique des communautés isolées.

« Les gouvernements, les services publics, l’industrie et le laboratoire national appuient la démonstration des technologies de PRM, de préférence plus d’une, sur des sites appropriés au Canada. »

La Feuille de route canadienne sur les petits réacteurs nucléaires

Opportunité

Il vaut la peine de signaler le créneau offert par les petits réacteurs nucléaires, compte tenu de l’expertise du Canada en technologie nucléaire, notamment sa chaîne d’approvisionnement actuelle et le marché potentiel. Toutefois, un des défis que doivent surmonter les petits réacteurs nucléaires est le nombre de concepts techniques, car il y en a actuellement plus de 100 différents.

EACL croit que l’expertise que possèdent les Laboratoires de Chalk River pourrait être mise à profit pour informer à la fois le gouvernement et les sociétés commerciales à propos de la technologie.

Dans le cadre de leur vision à long terme, les LNC se sont fixé l’objectif de devenir un carrefour de la recherche et de la technologie des PRM, notamment de disposer d’une unité de démonstration construite sur un site d’EACL d’ici 2026. Cela correspond au rôle d’EACL, en tant que société d’État fédérale, de favoriser la science et la technologie nucléaires et de propulser l’innovation nucléaire au Canada.

En 2018, les LNC ont amorcé un processus d’invitation de demandes à l’intention des organisations intéressées à installer un projet de démonstration de PRM sur l’un des sites d’EACL.

Prochaines étapes

À l’heure actuelle, deux des répondants ont terminé avec succès la phase de pré-qualification de l’invitation des LNC et ont été invités à passer à la phase de diligence raisonnable. Au cours de cette étape, les LNC évalueront avec une rigueur accrue les avantages techniques et commerciaux des conceptions proposées, évalueront la viabilité financière des projets et examineront les exigences nécessaires en matière de sécurité nationale et d’intégrité.

Un autre répondant, Global First Power, a été invité à participer à des discussions préliminaires non exclusives concernant les arrangements fonciers, la gestion des risques du projet et les conditions contractuelles (étape 3). Ces négociations ne sont pas une indication de l’approbation du projet, et la proposition et le promoteur devront satisfaire à une évaluation plus rigoureuse.

Parallèlement aux discussions commerciales avec les LNC et EACL, Global First Power a présenté une demande de préparation d’un site à la Commission canadienne de sûreté nucléaire, l’organisme de réglementation nucléaire canadien indépendant. La demande concerne un réacteur de 5 MW sur le site d’EACL à Chalk River, en Ontario. La Commission canadienne de sûreté nucléaire va maintenant évaluer si la demande est complète. Si tel est le cas, la prochaine étape pour la Commission canadienne de sûreté nucléaire sera d’émettre un avis de lancement. La description du projet deviendrait alors disponible pour les commentaires du public dans le cadre du processus d’évaluation environnementale. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site Web de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

 

Il est important de noter que tous les projets sont soumis aux processus et aux exigences réglementaires. Le processus d’octroi de licence est entièrement indépendant de toute étape d’invitation et d’évaluation dirigée par les LNC et EACL. Si un projet passe à une demande de licence, les promoteurs devront s’engager de manière significative dans le projet avec le public et les communautés autochtones. Entre-temps, EACL et les LNC continuent de faire participer les collectivités locales et autochtones à l’élaboration de plans visant à permettre aux PRM de solliciter des points de vue et d’obtenir des contributions.

Vous trouverez plus de renseignements sur le site Web des LNC.

Au Canada, les petits réacteurs modulaires offrent un potentiel dans trois grands domaines d’application:

  • La production d’électricité pour des réseaux de distribution publics, surtout dans les provinces où l’on vise à éliminer l’utilisation du charbon comme source d’électricité. Les entreprises d’électricité veulent remplacer les centrales au charbon en fin de vie utile par des centrales qui peuvent produire de l’électricité sûre et de base sans émissions de gaz à effet de serre.
  • Production combinée de chaleur et d’énergie sur et hors réseau pour l’industrie lourde. Les producteurs de sables bitumineux et les mines éloignées bénéficieraient d’options à moyen terme de chauffage et d’électricité en grande quantité qui seraient plus fiables et plus propres que leurs sources d’énergie actuelles. Les petits et moyens PRM pourraient répondre à ce besoin.
  • Énergie hors réseau, chauffage centralisé et dessalement dans les collectivités éloignées. À l’heure actuelle, celles-ci dépendent presque exclusivement du carburant diesel, qui a diverses limites (p. ex., coût, émissions). Les énergies renouvelables et les batteries peuvent contrebalancer ces limites dans une certaine mesure pour l’énergie résidentielle, mais elles ne fournissent pas de chaleur aux bâtiments et elles ne sont pas non plus susceptibles d’offrir une énergie fiable en grande quantité pour assurer des activités de développement économique. Les très petits PRM peuvent répondre à ces besoins.

Que disent les gens des petits réacteurs modulaires

Feuille de route canadienne sur les petits réacteurs nucléaires

Publiée en novembre 2018, la Feuille de route canadienne sur les petits réacteurs nucléaires a été préparée par les provinces, les territoires, les sociétés d’électricité, les collectivités autochtones et divers intervenants intéressés dans une initiative commandée par Ressources naturelles Canada. Après un processus de mobilisation de 10 mois avec l’industrie et les utilisateurs finaux potentiels, la Feuille de route offrait plus de 50 recommandations dans des domaines comme la gestion des déchets, la préparation réglementaire et la mobilisation internationale.

Plus particulièrement en ce qui a trait aux technologies de démonstration, dans la Feuille de route sur les PRM, on recommande que « Les gouvernements, les services publics, l’industrie et le laboratoire national appuient la démonstration des technologies de PRM, de préférence plus d’une, sur des sites appropriés au Canada. »

Comité permanent des finances de la Chambre des communes

En décembre 2018, le Comité permanent des finances de la Chambre des communes publiait un rapport de ses consultations prébudgétaires, intitulé « Cultiver la compétitivité : Aider les Canadiens à réussir ».

Plus précisément, en ce qui a trait aux petits réacteurs nucléaires, le comité recommandait de « mobiliser des capitaux privés et les actifs d’Énergie atomique du Canada limitée pour donner suite à la Feuille de route des petits réacteurs nucléaires , ce qui garantirait au Canada son rôle en tant que chef de file dans le développement de ces réacteurs pour l’exportation, soutiendrait la croissance économique et fournirait une solution nationale pour les collectivités nordiques éloignées, de même que les industries qui veulent cesser la consommation de diesel ».

Lire le rapport complet du Comité permanent des finances de la Chambre des communes.

Comité permanent des ressources naturelles de la Chambre des communes

En juin 2017, le Comité permanent des ressources naturelles de la Chambre des communes publiait un rapport intitulé « Le secteur nucléaire à la croisée des chemins : Favoriser l’innovation et la sécurité énergétique pour le Canada et le monde ».

En ce qui a trait aux petits réacteurs nucléaires, le comité recommandait ceci : « Que le gouvernement du Canada continue de soutenir le développement des petits réacteurs modulaires (PRM), ceux-ci ayant le potentiel de fournir de l’énergie propre et fiable aux collectivités éloignées et nordiques et d’ouvrir de nouvelles régions à l’exploitation des ressources et aux retombées économiques connexes. »

Lire le rapport intégral du Comité permanent des ressources naturelles de la Chambre des communes et la Réponse du gouvernement.