Énergie atomique du Canada limitée

Science et
technologie

Petits réacteurs modulaires

Les petits réacteurs modulaires (PRM) sont des réacteurs à fission nucléaire qui sont conçus pour être construits à échelle réduite, mais en plus grand nombre que la plupart des réacteurs nucléaires actuels dans le monde.

Ils utilisent la fission nucléaire pour produire de l’électricité, alimenter des systèmes de production d’énergie hybrides, de chauffage urbain, de dessalement de l’eau et de vapeur de haute qualité pour des applications industrielles lourdes.

Au Canada, les PRM peuvent avoir trois grands domaines d’application:

  • La production d’électricité pour des réseaux de distribution publics, surtout dans les provinces où l’on vise à éliminer l’utilisation du charbon comme source d’électricité. Les entreprises d’électricité veulent remplacer les centrales au charbon en fin de vie utile par des centrales qui peuvent produire de l’électricité sûre et de base sans émissions de gaz à effet de serre.
  • Production combinée de chaleur et d’énergie sur et hors réseau pour l’industrie lourde. Les producteurs de sables bitumineux et les mines éloignées bénéficieraient d’options à moyen terme de chauffage et d’électricité en grande quantité qui seraient plus fiables et plus propres que leurs sources d’énergie actuelles. Les petits et moyens PRM pourraient répondre à ce besoin.
  • Énergie hors réseau, chauffage centralisé et dessalement dans les collectivités éloignées. À l’heure actuelle, celles-ci dépendent presque exclusivement du carburant diesel, qui a diverses limites (p. ex., coût, émissions). Les énergies renouvelables et les batteries peuvent contrebalancer ces limites dans une certaine mesure pour l’énergie résidentielle, mais elles ne fournissent pas de chaleur aux bâtiments et elles ne sont pas non plus susceptibles d’offrir une énergie fiable en grande quantité pour assurer des activités de développement économique. Les très petits PRM peuvent répondre à ces besoins.

Le potentiel des petits réacteurs modulaires est digne de mention, compte tenu de l’expertise du Canada en technologie nucléaire, y compris sa chaîne d’approvisionnement existante et son marché potentiel. Cependant, l’un des défis auxquels sont confrontés les petits réacteurs modulaires est le nombre de modèles. On compte actuellement plus de 100 modèles différents. EACL croit que l’expertise des Laboratoires de Chalk River pourrait être mise à profit pour conseiller le gouvernement et les entreprises commerciales en matière de technologie. À cet effet, dans le cadre de leur vision à long terme, les LNC se sont fixé comme objectif de devenir une plaque tournante de la recherche et de la technologie sur les PRM, y compris la construction d’une unité de démonstration sur un site d’EACL d’ici 2026. Les LNC ont déjà pris des mesures pour explorer davantage cette possibilité. En 2017, les LNC ont publié une demande de déclaration d’intérêt, qui a suscité des commentaires de la part de développeurs de technologies de petits réacteurs modulaires, d’utilisateurs finaux potentiels et d’autres parties et intervenants intéressés, y compris les collectivités hôtes, la chaîne d’approvisionnement nucléaire et les établissements de recherche et d’enseignement. Les réponses reçues ont révélé des domaines d’accord général sur les petits réacteurs modulaires, y compris les avantages économiques pour le Canada, l’harmonisation avec l’engagement du Canada à lutter contre les changements climatiques, les applications importantes pour les collectivités éloignées et la possibilité d’améliorer la sûreté nucléaire grâce à la technologie nucléaire de prochaine génération.

Plus récemment, les LNC ont lancé une invitation à présenter une demande visant à inviter les promoteurs de projets de démonstration de PRM à participer à un processus d’évaluation plus poussée des projets en fonction d’un ensemble de critères établis. Un des résultats possibles de ce processus serait que les LNC recommandent à EACL de créer un ou plusieurs projets de démonstration de PRM sur un ou plusieurs sites appartenant à EACL (y compris les Laboratoires de Chalk River et les Laboratoires de Whiteshell). On trouvera de plus amples renseignements à ce sujet sur le site Web des LNC.

Ces activités sont alignées sur la feuille de route canadienne sur les petits réacteurs modulaires, publiée en novembre 2018. Cette feuille de route a été élaborée par les provinces, les territoires, les services publics d’électricité, les communautés autochtones et d’autres parties intéressées, qui avaient été convoquée par Ressources naturelles Canada.

À l’issue d’un processus d’engagement de 10 mois avec l’industrie et les éventuels utilisateurs finaux, notamment des collectivités autochtones et nordiques et l’industrie lourde, la feuille de route présentait plus de 50 recommandations dans des domaines tels que la gestion des déchets, la préparation réglementaire et la mobilisation internationale. Elle souligne également la nécessité d’entretenir un dialogue constant avec la société civile, les collectivités nordiques et autochtones et les organisations écologistes.

En ce qui concerne plus particulièrement les technologies de démonstration, le comité directeur de la feuille de route des PRM a recommandé que « les gouvernements, les services publics, l’industrie et le laboratoire national appuient la démonstration des technologies de PRM, de préférence plus d’une, sur des sites appropriés au Canada ».