Énergie atomique du Canada limitée

Déclaration d’Énergie atomique du Canada limitée

Énergie atomique du Canada limitée (EACL) respecte la directive procédurale reçue aujourd’hui de la Commission canadienne de sûreté nucléaire concernant l’engagement des Autochtones à l’égard du projet d’installation de gestion des déchets près de la surface (IGDPS) proposé pour notre site de Chalk River.

L’équipe de direction d’EACL est profondément engagée à écouter, à comprendre, à améliorer et, surtout, à prendre des mesures significatives pour favoriser la réconciliation avec les communautés autochtones sur les terres desquelles EACL exerce ses activités.

Nous continuerons d’accroître nos efforts pour entrer en contact avec les communautés autochtones. Cela nous permettra d’enrichir notre compréhension, de garantir à ces communautés qu’elles sont entendues et de démontrer que nous respectons nos obligations.

Notre objectif est que les groupes autochtones sachent qu’ils font partie de notre succès dans la gestion et l’élimination efficaces des déchets radioactifs de faible activité du gouvernement du Canada ainsi que dans l’avancement de la science et de la technologie nucléaires au profit de tous.

Les Algonquins de L’Ontario honorent EACL et les LNC en nommant le nouveau  bâtiment situé à l’entrée du site du campus de Chalk River

Les Algonquins de L’Ontario honorent EACL et les LNC en nommant le nouveau bâtiment situé à l’entrée du site du campus de Chalk River

Les Laboratoires Nucléaires Canadiens accueillent les représentants des Algonquins de l’Ontario dans les laboratoires de Chalk River pour célébrer l’ouverture du nouveau « bâtiment Minwamon »

Énergie atomique du Canada limitée (EACL) et les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC) sont heureux d’annoncer que les Algonquins de l’Ontario (AOO) ont honoré les organisations en nommant leur nouveau bâtiment situé à l’entrée du site des Laboratoires de Chalk River. Désormais connue sous le nom de bâtiment Minwamon, ce qui signifie « chemin clair » en langue algonquine, cette installation a été officiellement inaugurée lors d’une cérémonie qui s’est déroulée plus tôt aujourd’hui au campus de Chalk River.

Le président et PDG des LNC, Joe McBrearty, et le président et PDG d’EACL, Fred Dermarkar, étaient accompagnés de la représentante algonquine aux négociations Lynn Clouthier, de la communauté algonquine d’Ottawa, et de Connie Mielke, des Algonquins de Greater Golden Lake, afin de révéler le nouveau nom dans le cadre d’une célébration, qui comprenait une cérémonie de purification menée par l’aîné Dan Ross pour souligner le dévoilement. Le bâtiment Minwamon, qui a ouvert plus tôt cette année, a transformé l’expérience d’entrée sur le site des employés et du public.

« Je souhaite remercier les Algonquins de l’Ontario, Fred Dermarkar et nos autres invités de nous avoir rejoints aujourd’hui pour célébrer le bâtiment Minwamon, » a déclaré McBrearty. « J’aimerais également remercier l’AOO de nous avoir honorés d’un nom qui capture non seulement l’essence du bâtiment, qui sert de point d’entrée au campus et à nos recherches, mais aussi notre engagement envers des opérations durables. Nous apprécions sincèrement ce généreux cadeau et nous continuerons à cultiver et nourrir notre relation avec le peuple algonquin dans notre périple vers un chemin clair. »

« Nous souhaitons remercier les LNC et EACL de nous avoir donné l’occasion de nommer leur bâtiment. Ce bâtiment est un testament de notre compréhension que toutes les choses et toutes les personnes sont connectées. Le chemin que nous faisons ensemble doit être clair et bon. Nos actions aujourd’hui sur cette terre située sur les rives de votre rivière sacrée Kichi-Sìbì auront un écho pour les sept prochaines générations, » a commenté Connie Mielke.

« Les événements d’aujourd’hui nous rassemblent de manière significative, tandis qu’EACL, les LNC et AOO poursuivent leurs efforts pour développer leur relation, » a déclaré Fred Dermarkar, président et PDG d’EACL. « Nous sommes honorés d’inaugurer ce bâtiment en partenariat avec AOO, et d’avoir reçu le nom de Minwamon comme symbole de notre engagement à travailler ensemble vers la guérison et la réconciliation. »

EACL et les LNC s’engagent à s’impliquer de manière significative envers les communautés locales des Premières Nations et Métis afin d’identifier des partenariats et des possibilités de collaboration mutuellement bénéfiques. Plus particulièrement, nous reconnaissons que le savoir et l’implication autochtones complémentent et améliorent l’exploitation de nos sites, ainsi que les questions touchant l’environnement et l’emploi. La remise du nouveau nom du bâtiment Minwamon marque une autre étape positive dans la poursuite des objectifs et s’inscrit dans un effort plus vaste de la part d’EACL, des LNC et d’AOO de formaliser une relation à long terme.

Le bâtiment Minwamon est l’une des séries de nouveaux bâtiments en cours de construction sur le campus de Chalk River. Parmi les nombreuses caractéristiques écologiques du bâtiment, la structure principale de la construction est constituée d’une nouvelle génération de matériaux en bois massif provenant du Canada, une ressource renouvelable qui réduit l’empreinte carbone des LNC. Le nouvel édifice a également été construit à l’aide de méthodes telles que l’aménagement durable du site, l’utilisation efficace de l’eau et de l’énergie, la sélection des matériaux et la qualité de l’environnement intérieur. Conçu par HDR Architects et LEA Consulting Engineers, le bâtiment a récemment reçu un prix de l’Ontario Wood Design Innovation Award, qui récompense les nouveaux projets qui poussent les limites des structures de la conception en bois.

Les nouveaux bâtiments des laboratoires de Chalk River font partie d’un programme d’immobilisations de dix ans, financé au moyen d’un investissement de 1,2 milliard de dollars d’Énergie atomique du Canada limitée (EACL), qui vise à transformer le site par la revitalisation de son infrastructure essentielle, et qui constitue un investissement important dans de nouvelles installations scientifiques de calibre mondial. Pour de plus amples renseignements sur les LNC, y compris la revitalisation du campus des laboratoires de Chalk River, veuillez consulter leur site à l’adresse www.cnl.ca.

À propos des LNC

Les Laboratoires Nucléaires Canadiens sont un chef de file mondial en sciences et technologies nucléaires qui offre des capacités et des solutions uniques à un vaste éventail d’industries. En participant activement à des travaux de recherche et de développement dirigés par l’industrie dans les domaines du nucléaire, des transports, de la technologie propre, de l’énergie, de la défense, de la sécurité et des sciences de la vie, nous offrons des solutions qui maintiennent la compétitivité de ces secteurs sur la scène internationale.

Grâce à des investissements réguliers dans de nouvelles installations et à un mandat précis, les Laboratoires Nucléaires Canadiens sont bien placés pour l’avenir. Une nouvelle norme de rendement appuyée par une solide culture de la sécurité est au cœur de toutes leurs activités.

Pour de plus amples renseignements sur la gamme complète de services des Laboratoires Nucléaires Canadiens, veuillez visiter le site www.cnl.ca ou envoyez un courriel à l’adresse communications@cnl.ca.

À propos d’EACL

Énergie atomique du Canada limitée (EACL) est une société d’État fédérale dont le mandat consiste à générer des possibilités nucléaires pour le Canada. En collaboration avec les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), EACL promeut la science et la technologie nucléaires et s’occupe des responsabilités du gouvernement fédéral en matière de gestion des déchets radioactifs.

À propos d’AOO

Les Algonquins de l’Ontario (AOO) ont entrepris un voyage de survie, de reconstruction et d’autosuffisance – un voyage de réconciliation. Ce voyage a commencé il y a 250 ans, lorsque les Algonquins ont présenté leur première demande à la Couronne en 1772. Les Algonquins ont vécu dans l’Ontario actuel pendant des milliers d’années avant l’arrivée des Européens. Aujourd’hui, AOO est composé de dix communautés algonquines.

Selon un protocole signé en 2004, les dix communautés travaillent ensemble pour offrir une approche unifiée afin de négocier un traité moderne. La région non cédée visée par les revendications de l’AOO comprend un territoire de plus de neuf millions d’acres sur les bassins versants des rivières Kichi-Sìbì et Mattawa en Ontario, territoire non cédé qui couvre la majorité de l’est de l’Ontario, notamment le site des laboratoires de Chalk River.

Pour en savoir plus au sujet d’AOO, veuillez visiter www.tanakiwin.com.

Personne-ressource pour les Algonquins de l’Ontario :

Daniel Charbonneau

Directeur exécutif, AOO

algonquins@tanakiwin.com

www.tanakiwin.com

Personne-ressource pour Énergie atomique du Canada limitée (EACL) :

Maude-Émilie Pagé

Directrice, communications et rapports au gouvernement

Communications@aecl.ca

343-303-5345

Personne-ressource pour les Laboratoires Nucléaires Canadiens :

Patrick Quinn

Directeur, communications de l’entreprise

Communications@cnl.ca

LNC : 1-866-886-2325

 

 

Engagement trilatéral en faveur de la durabilité dans le déclassement des anciens sites nucléaires

Le 2 novembre, 2021, les dirigeants d’Énergie atomique du Canada limitée (EACL), du département de l’Énergie des États-Unis d’Amérique (DOE) et de la Nuclear Decommissioning Authority (NDA) du Royaume-Uni ont réaffirmé leur engagement commun envers la durabilité dans la gestion des anciens sites nucléaires.

Ce partenariat renforce la collaboration et améliore les approches collectives en matière de durabilité et de résilience climatique, tout en réduisant les incidences du déclassement et de la remise en état des anciens sites nucléaires sur les communautés et l’environnement.

Cet effort de coopération s’inscrit dans le cadre de la déclaration d’intention de mars 2020 entre EACL, le DOE et la NDA pour l’échange d’informations concernant la gestion des déchets radioactifs, qui a formalisé un cadre trilatéral pour la collaboration de longue date entre les trois organisations dans le domaine des anciens sites nucléaires. Cela s’inscrit également dans l’engagement collectif à protéger l’environnement, à faire face aux changements climatiques et à apporter des résultats positifs sur le plan socio-économique.

Les trois organisations prévoient partager leur expérience et leurs approches pour gérer le déclassement, l’assainissement et la transformation de leurs anciens sites nucléaires de la manière la plus efficace, efficiente, sûre et durable possible. Il s’agit notamment de prendre des mesures pour intégrer la durabilité dans chacune de leurs chaînes d’approvisionnement, de minimiser les déchets, d’améliorer la biodiversité, de décarboniser les opérations et de gérer les impacts socio-économiques à long terme sur les communautés environnantes, tant pendant les activités de nettoyage qu’après la fin des travaux.

L’un des grands principes de cette approche partagée est de s’engager avec les communautés et les gouvernements locaux, les peuples autochtones et les parties prenantes afin d’identifier les approches optimales pour la gestion à long terme des sites.